J.R. Ward, L'Amant Ténébreux: Critique littéraire

Publié le par Nimedhel

L'Amant Ténébreux est le premier tome de la série Le Confrérie de la Dague Noire de J.R. Ward (aka Jessica Bird), auteure de romance paranormale américaine. Je ne connaissais pas cette écrivain et c'est donc curieuse que j'ai commencé à lire le livre. Avant de mettre mon avis, je vous laisse découvrir la quatrième de couverture:

"Une guerre fait rage à l'insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ces guerriers sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire. A sa tête, Kolher, leader charismatique et implacable... L'un de ses plus fidèles guerriers est assassiné, laissant derrière lui sa fille, une magnifique jeune femme, une sang-mêlé qui ignore tout de son destin. Et c'est à Kolher qu'il incombe de faire découvrir à Beth le monde mystérieux qui sera désormais le sien..."

Ce petit résumé montre bien la trame principale du livre. Bon, de premier abord, ça a l'air d'être une romance paranormale en bonne et due forme, avec une héroïne belle et naïve et un beau brun ténébreux aux lourds secrets... Et c'est à peu près le cas, si ce n'est que Beth a aussi son caractère et que s'entrelacent d'autres trames au sein du récit.

Ce que j'ai aimé? C'était une lecture divertissante, avec de l'action, de l'intrigue - je suis d'ailleurs curieuse de voir comment l'auteure développe son univers dans la suite. C'était une petite romance bien menée, avec Beth qui rencontre Kolher, Kolher est intrigué, Beth aussi, blablabla... Une autre chose qui m'a plu, c'est le personnage de Beth, qui n'est pas l'une de ces mijaurées qui attendent de se faire sauver et que la vie se passe. Elle a du caractère, elle est indépendante, et c'est agréable. J'aime aussi assez bien le personnage de Butch, même si tout son manly man act me déplaît quand même un peu. Mais, le personnage qui m'intrigue le plus, c'est Zadiste. On a un petit bout de son passé qui nous est raconté, mais, en-dehors de ça, on ne sait rien de ce personnage plus que ténébreux (les autres membres de la Confrérie parlent de lui comme d'un animal, un sadique, etc.). J'attends de voir ce que va nous concocter Ward à son propos.

Ce que j'ai moins aimé? Déjà, le langage. Bon, ok, c'est une fiction qui se passe dans le monde moderne, et les gens parlent mal, mais... ce n'est pas trop mon genre, ou bien c'est la traduction en français qui en rajoute un peu pour vraiment coller à un langage populaire, je ne sais pas. Ensuite, la trame n'est pas non plus transcendante, on a une jeune femme qui tombe amoureuse d'un bel homme ténébreux qui fait, évidemment, deux fois sa taille, qui fait peur à tout le monde mais pas elle, avec des méchants qui sont juste méchants, des gentils qui sont gentils, et voilà. Je ne vois pas de nuance de gris dans les personnages, si ce n'est les quelques personnages secondaires qui n'ont pas encore été développés, mais à mon avis, Ward va consacre ses prochains livres à ceux-ci. C'est surtout ce point des personnages stéréotypés, de l'amour parfait et rapide (j'admets qu'on peut tomber amoureux aussi rapidement, mais bon, il y a quand même des choses qui sont beaucoup trop rapides à mon goût) qui me chiffonnent.

Est-ce que j'ai envie de lire les tomes suivants? Oui, par curiosité, mais juste pour me divertir dans le tram, sur la route pour aller en cours. Ce n'est pas le genre de livres que je dévore en quelques heures!

Est-ce que je le conseillerai? Oui, pour les personnes qui aiment la romance paranormale et qui veulent se divertir.

J.R. Ward, L'Amant Ténébreux: Critique littéraire