De trames et de loups

Publié le par Nimedhel

Bon, eh bien, ça fait encore un bail que je ne suis pas venue sur ce blog (shame on me!), mais je profite de quelques réflexions que je me suis faites à propos d'écriture pour revenir en grandes pompes!

Or donc, j'étais comme à mon habitude en train de squatter Wattpad et de chercher de nouvelles lectures quand je suis tombée sur plusieurs histoires traitant de loups-garous (j'espère que j'utilise la bonne orthographe pour le pluriel... toujours du mal avec les noms composés, hahaha, c'est siiiii compliqué), et, horreur et malheur, je me rends compte que beaucoup des histoires (je ne sais pas comment les appeler autrement) ont souvent la même trame, les mêmes topoi et le même genre de personnages. C'est un peu perturbant, ennuyeux, agaçant. D'autant plus que, maintenant, les lecteurs s'attendent à certaines choses qu'ils considèrent maintenant comme des faits, et se sentent perdus ou arnaqué quand ces choses sont absentes.

Les personnages

Je vais m'expliquer à ce propos un peu plus loin, mais d'abord: what the heck? J'adore lire, j'adore le fantastique/fantasy/paranormal romance, etc., mais je suis un peu saoulée de retrouver encore et encore des histoires avec des gamins qui deviennent l'alpha de leur meute (en gros, le big boss) à 17-18 ans. D'autant plus que, la plupart du temps, il s'agit de petits cons (désolée du langage) super riches qui ont la maturité d'un gamin de 10 ans, donc, pas génial pour diriger une communauté d'une cinquantaine, voire de quelques centaines d'individus.

Ensuite, parlons de leur âme-soeur. Souvent une gamine qui est considérée comme faible par tous, mais en fait, non, c'est juste qu'elle est tellement harcelée qu'elle ne peut pas réaliser son potentiel, ou bien elle est super naïve blablabla. Et puis, la pauuuvre, elle se retrouve la compagne de ce petit con (dsl) arrogant et imbu de lui-même, mais qui est siiiii sexyyyy, du coup, elle ne peut pas résister, non, ce n'est pas possible, c'est trop dur... Et, soit il la rejette tout bonnement, soit il se montre juste horrible avec elle. Avez-vous entendu parler de relations dysfonctionnelles, les enfants? Parce que là, on est en plein dans la violence domestique. Pas nécessairement physique (quoique...), mais le harcèlement verbal est tout aussi mauvais, voire pire (et souvent, il précède la violence physique... just sayin'). Et, évidemment, comme toute Mary Sue qui se respecte, tous les protagonistes masculins sont attirés/obsédés par elle, et elle ne se rend pas compte de sa beauté. Et puis, elle est siii douce ou tellement badass que son âme-soeur, complètement subjugué, change du jour au lendemain.

Enfin, je vais arrêter là pour la luna (terme qui désigne la femelle alpha dans 99% des histoires de loups), parce que je n'en ai pas encore fini avec mes critiques.

Bon, alors, reprenons. Les méchants. Ah. Ouais. Bon. Que puis-je dire des méchants, à part qu'ils veulent faire du mal à la meute/la luna/l'alpha pour des raisons tout à fait... inconnues? En tout cas, la plupart du temps. On n'a pas vraiment de réelle motivation pour comprendre pourquoi les méchants font ce qu'ils font. Parfois, ce sont des loups de meutes ennemies, parfois, ils sont carrément dans la même meute, d'autres fois, ce sont des chasseurs, mais on ne sait pas pourquoi ils chassent les loups (à moins qu'ils ne le sachent pas eux-mêmes, sinon que les loups sont différents et que les humains sont complètement débiles et donc n'aiment pas la différence et je m'emballe)... Bref, vous avez saisi, je pense.

Les amis/la famille/les personnages secondaires sont souvent du même type. On a la famille abusive/morte, les amis qui ne servent à rien (souvent) et en général, il y a une louve, la péripatéticienne de la meute (restons quand même polis) qui couche avec tout ce qui bouge et qui est jalouse qu'on lui enlève son précieux petit alpha caca et qui donc devient la pire des harpies pour notre chère petite Mary Sue.

Bon, je vais conclure cette partie en disant ceci: si vous souhaitez écrire une histoire, n'importe laquelle, de grâce, faites des personnages qui sont Ré-a-listes. Merci. Donnez-leur une histoire, des désirs qui leur sont propres, une personnalité (et j'insiste bien) rien qu'à eux. On peut mettre un peu de soi-même dans un personnage, on peut leur donner des traits qu'on désire avoir, projeter nos fantasmes sur eux, c'est normal, mais il faut que ce soit fait de manière à ce qu'on s'identifie au personnage. Stop aux persos insipides qui sont juste là pour faire jolis, qui sont tellement parfaits, ou tellement nuls, et bienvenue aux personnages complexes!

Les topoi

Les topoi ou lieux communs, sont présents dans la plupart des écrits. C'est normal, c'est la vie, hahaha. Pour ce qui est des histoires de loups, il y a aussi des topoi, que ce soit dans la trame, dans les personnages ou quoi.

J'ai déjà abordé quelques uns de ces lieux communs dans la section précédentes:

  • les alphas super jeunes, super riches, super sexy, super abusifs et qui couchent avec tout ce qui bouge et qui a une paire de seins.
  • les héroïnes insipides qui sont au choix:
    • innocentes, naïves et pures (aka vierges, parce que sinon ça va pas) -> ceci est présent à peu près dans toutes les histoires du genre présentes sur Wattpad.
    • harcelées par leur meute/parents/des gens à l'école/leur petit chéri d'amour d'alpha
    • rejetées par dit alpha, se barrent et reviennent quelques temps plus tard en étant super sexy, super forte, super cool
    • sous-estimées par tout le monde.
    • la clef de tous les mystères du monde entier
    • l'obsession du méchant parce que voilà, faire bobo à la petite luna, c'est faire bobo à la meute, ou bien parce qu'elle est teeeeellement choliiiie.
    • ou tout simplement l'obsession de chaque mâle qui croise sa route, parce que c'est le rêve de toutes les adolescentes (ou pas)
    • enlevées à un moment ou l'autre de l'intrigue, parce que voilà, faut quand même un moment où le loup charmant se ramène à papattes pour tuer tous les méchants et emmener leur âme-soeur dans leur "pack house" (littéralement la maison de la meute), qui est en fait un énoooorme manoir gigantesque où vit toute la meute, et vivre heureux jusqu'à la fin des temps (et avoir beaucoup de louveteaux parce que c'est ce qui est attendu du couple dominant, of course).
  • les personnages interchangeables
  • les meutes de 400-500 membres. Ca constitue une vraie communauté de ouf. Dans certaines histoires, ça passe super bien, mais dans la plupart, on se demande comment ils font pour survivre avec autant de monde qui ne semble pas travailler. Les loups, dans la nature, sont, pour les meutes importantes, environ une cinquantaine. Ca s'expliquer par le fait qu'ils doivent avoir un large territoire et assez de proie pour pouvoir nourrir un nombre aussi important. A ce propos, je vous conseille de voir un documentaire fait par la BBC sur Yellowstone qui, je pense, se nomme tout simplement comme le parc naturel. C'est extrêmement instructif (pour ceux qui n'ont pas Netflix ou qui s'en fichent, ça explique que depuis le retour des loups en 1996, la biodiversité n'a eu de cesse d'exploser: le retour d'oiseaux qui avaient disparu de la région, les castor qui reprennent du poil de la bête, les ours qui augmentent en nombre, les plantes qui survivent, etc.).
  • l'héroïne est toujours l'âme-soeur de l'alpha de la meute la plus grande et forte du monde.
  • si l'alpha n'est pas un gamin boudeur, en tout cas, il est froid et distant.
  • des fonds sans fin qui viennent d'on ne sait où et qui fait que l'alpha (le gamin) peut avoir tout ce qu'il veut, genre voiture de course, etc.
  • d'ailleurs, ce même alpha est toujours tout puissant sur la meute et le titre est héréditaire.
  • un loup reconnaît son âme-soeur à l'odeur/au regard/les deux à son seizième anniversaire.
  • un loup se transforme à un certain âge (souvent 16 ou 18 ans).

J'ai sûrement raté plein de topoi qui ont à voir avec la trame plutôt que les personnages, mais ce sont ceux qui me sont venus à l'esprit, donc pardonnez le manque de structure et le fait que ce ne soit absolument pas complet.

Les attentes du lecteur/de la lectrice

Tous ces lieux communs, qui ne cessent de se présenter encore et encore au lecteur fait que celui-ci s'attend à voir apparaître ceux-ci et, donc, entraîne une sorte d'ennui (en tout cas, pour les lectrices comme moi, qui aime bien avoir de la variété et du mystère dans leurs histoires) auprès du lectorat. C'est très présent sur Wattpad. En effet, en cherchant de nouvelles histoires à lire, en arrivant sur la page, je m'attarde toujours sur les derniers commentaires postés, et, souvent, dans les histoire de louves rejetées, je tombe typiquement sur au moins un commentaire qui ressemble à ceci: "Typical rejection story" ( pour les non-anglophones totaux: histoire typique de rejet). Ca signifie donc qu'on va avoir droit à la pauvre petite louve harcelée qui se fait rejeter par son alpha d'âme-soeur et qui, de dépit/peur/parce qu'elle a été renvoyé de la meute, elle va se retrouver dans une autre meute, bien plus sympa, où elle va pouvoir devenir la meilleure guerrière du monde entier pour revenir donner des coups au pète de son ancienne meute et se faire adorer par son alpha chéri.

Cependant, ça entraîne aussi une attente qui, si elle n'est pas atteinte, est source de déception pour le lecteur. Je m'explique, toujours en m'inspirant de mon expérience Wattpad: en lisant une histoire de loups où la meute compte 40 membres, j'ai vu dans les commentaires une pléthore de personnes qui disaient, comme si c'était un fait, qu'une meute de loups-garous (argh, ça m'agace de n'être pas sûre du pluriel que j'utilise) se doit d'avoir minimum 300 membres. What? Pourquoi? Il n'y a pas de raison logique à ce que ce soit le cas pour chaque histoire, ça dépend complètement du monde de l'auteur-e. Mais on peut admettre qu'il n'y a pas vraiment d'explication donnée par l'auteure de cette histoire en particulier qui demande cette limitation. On ne sait pas quelle taille fait le territoire de la meute, on ne connaît pas spécialement la mythologie liée à cet univers littéraire particulier ni rien du tout. Cependant, est-ce une raison pour donner ce nombre de 300 personnes comme un fait? Je ne pense pas.

Pour moi, il faut commencer à lire un livre en ayant l'esprit ouvert et ne pas s'attendre à retrouver les mêmes choses qu'on a lues 1001 fois auparavant, parce qu'on peut toujours être surpris - de manière agréable, la plupart du temps.

Je pense avoir fini de parler de ce sujet pour le moment: j'y reviendrai peut-être dans un autre article, mais, pour le moment, j'aimerais plutôt avoir votre avis sur la question. Est-ce que vous avez lu des livres qui reprennent l'un ou l'autre topos? Ou bien, vous avez lu dans un genre différent, mais avez tout de même trouvé des lieux communs dans la trame qui vous ont ennuyé-e, agacé-e, énervé-e? Dites-moi tout!