Les plus grosses étoiles ne vivent pas seules!

Publié le par Daffodil09

L'ESO, à l'aide du Very Large Telescope (VLT), a découvert que les plus grosses étoiles de l'univers ne vivent généralement pas seules. En effet, ce sont pratiquement les trois quarts de ces étoiles - qui conditionnent l'évolution des galaxies - ont généralement une étoile "compagne". 

La plupart de ces binômes subissent des modifications qui les perturbent, comme le transfert de masse (comme montré sur la vidéo), tandis qu'un tiers de ceux-ci pourraient finalement fusionner et ne former qu'une seule et même étoile.

Vue d'artiste du phénomène des "étoiles vampires". Crédit vidéo: ESO.

 
Une équipe internationale de l'ESO a étudié, à l'aide du VLT, les étoiles de type O. Celles-ci sont extrêmement massives, chaudes et très brillantes.  En effet, elles peuvent atteindre une masse de 15 fois celle du soleil, et brillent jusqu'à un million de fois plus.

Ces objets célestes, à la durée de vie très courte et violente, ont un impact important sur l'évolution des galaxies, bien qu'elles ne constituent qu'un pourcentage minimes des astres de l'univers. Les vents et chocs qui viennent des étoiles de type O peuvent à la fois déclencher ou arrêter la formation d'une étoile, leurs supernovae créent les éléments lourds essentiels à la vie, et elles sont aussi associées aux rayons gamma, qui sont les phénomènes les plus énergétiques de l'univers.

Les étoiles supermassives sont aussi liées à des phénomènes plus extrêmes, commes les "étoiles vampires" (une étoile plus petite aspire la matière d'une étoile plus grosse) ou le sursaut gamma.

 

Les astronomes de l'équipe internationale ont étudié un échantillon de 71 astres de ce type (seules ou en binôme) dans six jeunes amas d'étoiles proches de la terre. Leur étude montre que 75% d'entre elles appartiennent à un système binaire, ce qui constitue un pourcentage beaucoup plus important que ce à quoi ils s'attendaient. De plus, ce qui est encore plus extraordinaire, c'est le nombre de ces étoiles qui sont assez proches pour interagir (soit par transfert de matière, soit par fusion).

Les chercheurs, après des observations plus poussées, ont conclu que 20% à 30% des binômes finissent par fusionner, tandis que 40% à 50% subissent le phénomène des étoiles vampitres, qui a des répercussions très importantes sur l'évolution de ces étoiles.

 

Toutes ces constatations changent complètement notre compréhension de l'évolution des galaxies.

 

Pour plus d'informations, allez sur le site de l'ESO.

 

 

Ces informations sont tirées de l'article  intitulé "Binary interaction dominates the evolution of massive stars", H. Sana et al., publié dans la revue Science du 27 juillet 2012. 

Les plus grosses étoiles ne vivent pas seules!Les plus grosses étoiles ne vivent pas seules!Les plus grosses étoiles ne vivent pas seules!